[./1_accueil.html]
[./2_themes.html]
[./3_intro_livres.html]
[./4_contact.html]
[./5_resistance_.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Livres
  
La violence : oui ou non
Une discussion nécessaire
Günther Anders
« Seuls les exaltés surestiment la force de la raison. La première chose qui incombe
au rationalisme, c’est de ne se faire aucune illusion sur la force de la raison, sur sa force de conviction.
C’est pour cela que j’aboutis toujours à la même conclusion : la non-violence ne vaut rien contre la violence. »
[…] « Ceux qui m’obligent à briser le tabou du meurtre peuvent être certains que je ne leur pardonnerai jamais. »

Ce livre instaure un débat, dans la société allemande des années 80, autour du pacifisme et de la lutte contre la nucléarisation du monde. S’il s’inscrit dans l’après Tchernobyl, ses conclusions, l’impossibilité de ne pas recourir à la violence comme légitime défense, dépassent de loin le cadre de sa publication initiale. Qu’il s’agisse de Fukushima, qui est une réalité et non un symbole, ou de tout autre projet destructeur en provenance de l’industrie et de l’État réunis en consortium, ces pages sont d’une indéniable actualité. Le livre intègre toutes sortes d’objections et de contributions adressées à Günther Anders lors de la parution d’un premier article. Il est également constitué d’entretiens, réels ou fictifs, dans lesquels on découvre un Anders politique, non seulement un critique radical de l’État mais aussi un auteur capable de provoquer une société entière pour l’inviter à réagir. Il s’inscrit dans la suite de Hiroshima est partout, de La Menace nucléaire et ce titre, il vient heureusement compléter les textes déjà traduits en français et introduire en France les termes d’une discussion qui n’y a guère été menée.