[./1_accueil.html]
[./2_themes.html]
[./3_liste_livres.html]
[./4_contact.html]
[./5_resistance_.html]
[Web Creator] [LMSOFT]
Livres
  
"Nous allons vous presser jusqu'à ce que vous soyez vide puis nous vous emplirons de nous-mêmes." George Orwell, extrait de 1984. C'est par cette phrase, repris en introduction de son ouvrage, que l'on pourrait résumer la démarche qu'elle dénonce dans l'ensemble de son essai.
« Refaçonner les individus, les mettre en état de choc pour les soumettre ». Cette idée fut largement développée par la CIA dans les années 1950. L'agence expérimentait ainsi les méthodes permettant de briser la résistance des prisonniers avec au cœur du dispositif l'électrochoc, destiné à ramener des adultes au stade infantile. L'objectif était d'obtenir une régression de la personnalité ou un choc psychologique rendant le sujet plus ouvert aux suggestions et plus susceptible de coopérer qu'avant l'administration du choc. La stratégie du choc fait le parallèle entre cette méthode destinée à l'individu et ce qui a pu être fait, ensuite, à l'échelle d'une société toute entière.
  
 "Un traumatisme collectif, un coup d'État, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste plonge tout un chacun dans un état de choc. C'est ainsi qu'après le choc, tel un prisonnier dans un interrogatoire, nous redevenons des enfants désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétendent nous protéger."
À l'origine, Milton Friedman, le plus célèbre économiste de notre temps, décédé en 2006. il appela très tôt, à travers son enseignement à l'université de Chicago, à l'abolition de toute protection en matière de commerce, à la dérégulation de tous les prix et au démantèlement du service public en conseillant aux hommes politiques "d'imposer d'un seul coup, immédiatement après une crise, les réformes économiques douloureuses, avant que les gens n'aient eu le temps de se ressaisir".
Les exemples sont légion : Le coup d'État du Chili en 1973, suivi des strictes réformes économiques des  Chicago Boys"; la guerre des Malouines en 1982, suivie de la rigueur thatchérienne; le massacre de la place Tian'anmen en 1989 et le tournant économique néolibéral chinois; l'attaque du Parlement russe en 1993 par Boris Eltsine et la libéralisation la plus débridée au profit des oligarques; les attentats de 2001 puis l'invasion de l'Irak en 2003, suivis de la privatisation de la guerre, de la défense et de la sécurité; le tsunami en 2004, suivi du déplacement des populations au profit d'installations hôtelières et d'une dérégulation étatique; l'ouragan Katrina en 2005 suivi de la refonte sociologique de la Nouvelle Orléans et de la privatisation de secteurs publics entiers, et bien sûr la crise financière de 2008 et la tentative de réduire l'état social pour cause de dette publique.




  
La stratégie du choc
Naomi Klein